Legislation française (Ag Mat)

Voici ci-dessous les textes de législation française qui s’appliquent aux agences matrimoniales . Concernant Mariaphil, nous ne sommes pas un Professionnel mais un service gratuit bénévole . Nous ne sommes donc pas soumis à  ces dispositions …:-)

Voici également sur Internet en suivant ce lien des conseils d’un avocat concernant les contrats de courtage matrimonial:

https://sites.google.com/site/courtagematrimonial/

 

Loi 89-421

Lien vers le site Legifrance:
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000321872&fastPos=1&fastReqId=1222864394&categorieLien=cid&oldAction=rechTexte

 

Loi n° 89-421 du 23 juin 1989 relative à l’information et à la protection des consommateurs ainsi qu’à diverses pratiques commerciales

Version consolidée au 5 juillet 2015

 

Article 6

– L’offre de rencontres en vue de la réalisation d’un mariage ou d’une union stable, proposée par un professionnel, doit faire l’objet d’un contrat écrit, rédigé en caractères lisibles, dont un exemplaire est remis au cocontractant du professionnel au moment de sa conclusion.

Le contrat doit mentionner sous peine de nullité, le nom du professionnel, son adresse ou
celle de son siège social, la nature des prestations fournies, ainsi que le montant et les
modalités de paiement du prix. Est annexée au contrat l’indication des qualités de la
personne recherchée par le cocontractant du professionnel.

Ces contrats sont établis pour une durée déterminée, qui ne peut être supérieure à un an ;
ils ne peuvent être renouvelés par tacite reconduction. Ils prévoient une faculté de
résiliation pour motif légitime au profit des deux parties.

 

– Dans un délai de sept jours à compter de la signature du contrat, le cocontractant du
professionnel visé au paragraphe I peut revenir sur son engagement, sans être tenu au
paiement d’une indemnité.

Avant l’expiration de ce délai, il ne peut être reçu de paiement ou de dépôt sous quelque
forme que ce soit.

 

– Toute annonce personnalisée diffusée par l’intermédiaire d’un professionnel pour proposer des rencontres en vue de la réalisation d’un mariage ou d’une union stable doit comporter
son nom, son adresse, ou celle de son siège social, ainsi que son numéro de téléphone.
Lorsque plusieurs annonces sont diffusées par le même professionnel, son adresse peut ne
figurer qu’une seule fois, à condition d’être parfaitement apparente.

Chaque annonce précise le sexe, l’âge, la situation familiale, le secteur d’activité
professionnelle et la région de résidence de la personne concernée, ainsi que les qualités de la personne recherchée par elle.

Le professionnel doit pouvoir justifier de l’existence d’un accord de la personne présentée
par l’annonce sur le contenu et la diffusion de celle-ci.

 

– Un décret en Conseil d’Etat précise les conditions d’application du présent article,
notamment les modalités de restitution des sommes versées en cas de résiliation du contrat.

 

– Sera puni des peines des articles 313-1 à 313-3 du code pénal, le professionnel qui, sous prétexte d’une présentation de candidats au
mariage ou à une union stable, aura mis en présence ou fait communiquer des personnes
dont l’une est rémunérée par elle, ou se trouve placée, directement ou indirectement, sous son autorité, ou n’a pas effectué de demande en vue du mariage ou d’une union stable.
Sera puni des mêmes peines, le professionnel qui promet d’organiser des rencontres en vue de la réalisation d’un mariage ou d’une union stable avec une personne fictive.

 

Discussion et adoption le 16 juin 1989.

 

Le fichier au format RTF , compatible Word:

Loi_n°_89-421_du_23_juin_1989_version_consolidee_au_20150705

 

DECRET

Décret n°90-422 du 16 mai 1990 portant application, en ce qui concerne les offres de rencontres en vue de la réalisation d’un mariage ou d’une union stable, de la loi n° 89-421 du 23 juin 1989 relative à l’information et à la protection des consommateurs ainsi qu’à diverses pratiques commerciales

 

Version consolidée au 27 juin 2015

Lien vers le texte sur Legifrance:

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000342575&fastPos=2&fastReqId=271134576&categorieLien=cid&oldAction=rechTexte

 

Vu la loi n° 89-421 du 23 juin 1989 relative à l’information et à la protection du consommateur ainsi qu’à
diverses pratiques commerciales, notamment ses articles 6 et 9 ;

 

Article 1

L’annexe au contrat et l’annonce personnalisée mentionnées aux I et III de l’article 6 de la
loi du 23 juin 1989 susvisée doivent mentionner la catégorie d’âge, la région de résidence,
la situation familiale et professionnelle ainsi que les autres qualités, estimées essentielles
par le cocontractant du professionnel, de la personne que recherche le cocontractant.

 

Article 2

En cas de résiliation du contrat pour motif légitime prévue au I de l’article 6 de la loi du 23
juin 1989 susvisée, le prix initialement convenu est réduit à proportion, respectivement, de la durée du contrat courue et de celle qui reste à courir.

La résiliation doit être demandée par lettre recommandée avec demande d’avis de réception accompagnée de la justification du motif légitime invoqué.

Les sommes versées en sus du prix déterminé comme ci-dessus doivent être remboursées par le professionnel dans le délai de deux mois à compter de la réception de la lettre recommandée prévue à l’alinéa ci-dessus.

 

Article 3

La renonciation au contrat prévue par les dispositions du II de l’article 6 de la loi susvisée
est effective dès lors que le cocontractant du professionnel a, dans le délai de sept jours
mentionné par ces mêmes dispositions, manifesté de manière non équivoque sa volonté de se rétracter, notamment par l’envoi d’une lettre recommandée avec demande d’avis de
réception ou par la remise au professionnel, contre récépissé, d’un écrit contenant
renonciation.

 

Article 4

Sera puni des peines d’amende prévues pour les contraventions de la 5e classe le
professionnel qui :

1° Omet de faire figurer dans l’annexe au contrat prévue par le I de l’article 6 de la loi du 23 juin 1989 susvisée l’indication des qualités, telles que définies à l’article 1er du présent
décret, de la personne que recherche son cocontractant ;

2° Ne remet pas à son cocontractant, au moment de la conclusion du contrat, un
exemplaire du contrat, avec son annexe, prévu par le I de l’article 6 de la loi susvisée ;

3° Reçoit, avant l’expiration du délai de renonciation prévu au II de l’article 6 de la loi
susvisée, un paiement ou un dépôt sous quelque forme que ce soit ;

4° Diffuse une annonce personnalisée non conforme aux prescriptions du III de l’article 6 de la même loi.

 

Lien vers le fichier RTF, compatible Word, en téléchargement:

Décret_n°90-422_du_16_mai_1990_version_consolidee_au_20150627

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *